18 mars 2014

La pochette à tricot nomade

En juin 2010, j'ai acheté mon premier kit d'aiguilles circulaires... Ca date un peu...
Depuis, je l'ai complété par de nouvelles tailles d'aiguilles, de nouveaux cables, j'ai adopté plein de jolis anneaux marqueurs, une petite réglette pour mesurer la taille des aiguilles, un mètre ruban, des ciseaux...
Et tout ce petit fouillis habitait toujours dans la pochette en plastique des débuts, l'hallu totale quoi !!

Les habitants de la pochette en plastique se sentaient un peu à l'étroit, alors je leur ai fait une belle pochette en tissu (d'après un modèle super mignon vu un peu partout sur les blogs) , avec plein de petites poches et de compartiments...

Vue d'ensemble (Annick, tu vas craquer c'est sûr ! ) :

IMG_4625

 

La revue de détails des pochettes :
La pochette pour ranger les câbles - et en arrière plan, la pochette pour les petits bidules (arrête cable, clé de cable, aiguilles à laine, aiguilles à torsades...):

IMG_4628

IMG_4627

La pochette pour les anneaux marqueurs :

IMG_4626

IMG_4630

Puisque cette pochette est "nomade", j'ai rajouté une poche pour y glisser la photocopie du patron en cours...

IMG_4632

IMG_4633

Les compartiments pour les aiguilles, le stylo, les petites poches pour ranger ciseaux, réglette et mètre ruban :

IMG_4624
Et la voilà une fois fermée :

IMG_4622

Je dois dire que je suis très fière d'avoir réussi cette pochette.
Le tuto de margolita est très clair, mais comme j'ai fait quelques modifications, j'y suis allée tranquillement, pour éviter les erreurs et pour être sûre de ne rien oublier dans mes petits rangements.

L'aspect final me plait beaucoup, mais bon sang, pourquoi avoir mis les aiguilles dans la partie basse de la pochette?
Quand on la referme, les aiguilles se retrouvent tête en bas et glissent de leur logement, ainsi que la réglette, les ciseaux et le mètre, ce qui, pour une pochette nomade, est tout de même peu pratique...
Bien sûr, je ne m'en suis pas rendu compte avant la fin, mais je ne comprends pas que toutes celles qui on déjà cousu cette pochette- et elles sont nombreuses-, n'aient jamais relevé cet inconvénient... (enfin, celles que j'ai lues en tout cas)
Bref, ça n'est pas dramatique, mais il faut veiller à fermer et tenir la pochette "tête en bas" lorsqu'on la transporte.
Du coup, j'envisage d'en coudre une prochaine, en intervertissant le positionnement des étages.

En attendant, je chouchoute celle ci, car je l'adore quand même...

(Pure Loisir parle de cet article, merci)